REPORTAGE

Les McCullough Peaks Mustangs :

Les Descendants de Buffalo Bill

 

C'est tout près de la ville western de Cody, dans l'Ouest du Wyoming, que nous sommes allés à la rencontre du premier troupeau de chevaux mustangs sauvages. 

La réserve des McCullough Peaks, qui abrite les mustangs, se situe à environ 20km de Cody, et 112km du célèbre Parc de Yellowstone. 

C'est un grand désert avec peu de relief au sol recouvert de cactus et de cendres provenant d'une erruption du volcan Yellowstone il y a des milliers d'années.

 

L'environnement n'est pas des plus accueillants pour les chevaux: tout d'abord au niveau alimentation, rareté des points d'eau et aucun arbre ou recoin pour s'abriter dans cette plaine durant l'été. 

L'hiver, les chevaux se déplacent vers les reliefs où ils y trouvent quelques cavités pour se mettre à l'abri de la neige. 

Malgré ces conditions de vie plutôt rudimentaires, les chevaux mustangs des McCullough Peaks sont de robustes chevaux en bel état et survivent sur ces terres depuis plusieurs siècles. 

Partis en expédition, il nous aura fallu environ une heure pour trouver les mustangs. Nous avions été prévenu qu'ils étaient compliqués à voir en ce moment; des personnes mal intentionnées s'étaient amusées à terroriser les mustangs dix jours avant notre visite, ce qui avait causé la séparation des familles au quatre coins de la réserve, méthode de repli stratégique de survie. 

Mais une fois de plus, les chevaux mustangs nous ont prouvé leur extraordinaire bonté: celle d'accorder une seconde chance à l'homme. 

Au bout d'une heure de recherche, nous avons trouvé sous nos yeux pas moins de 80 mustangs! Tous rassemblés, paisibles, ils nous offraient un superbe spectacle. Ils se sont montrés d'une grande tolérance et nous ont laissé les observer pendant des heures.

Par respect, nous restons toujours à une distance de minimum 100 mètres des chevaux afin qu'ils se sentent à leur aise.

Les mustangs des McCullough Peaks sont connus aux Etats-Unis sous le nom de "Mustangs Combattants", car les étalons de cette réserve, très virulents, se livrent souvent à d'impressionnantes batailles pour protéger leur famille. 

On les compte aujourd'hui au nombre de 170 sur cette réserve grande de 44440 hectares, un groupe haut en couleur avec beaucoup de pie, bai, gris, isabelle, noir.... 

De superbes chevaux d'une stature imposante, toisant de 1,50m à 1,62m, ce qui est au dessus des standards et présentant une charpente osseuse assez lourde. 

 

Les tests ADN effectués sur ce troupeau ont permis de révéler les origines de ce groupe de mustangs, avec une grande influence de chevaux de traits, de pur sang anglais et un peu d'espagnol. 

Ces chevaux sont en effet ce que l'on appelle des BLM Mustangs et non des Spanish Mustangs. Ce sont des mustangs qui ont subi plusieurs apports de sang extérieurs et influencés par d'autres races, ils sont donc moins "authentiques" que les spanish mustangs, qui eux sont plus fidèles aux chevaux importés par les Conquistadors (n'ayant quasiment aucun autre apport de sang extérieur).

D'après différentes études, on estime que les chevaux mustangs sont arrivés dans cette zone du Big Horn Basin dans les années 1700. On trouve d'ailleurs dans certaines grottes des McCullough Peaks des dessins d'indiens correspondant à cette époque. 

Les descendants des chevaux de buffalo bill

Les personnes locales nous ont d'ailleurs appris pourquoi ces mustangs de McCullough Peaks avaient une histoire tout a fait fascinante. 

Les chevaux sauvages que nous avons sous les yeux sont de véritables trésors de l'Histoire, car ils sont les descendants directs des chevaux du très célèbre Buffalo Bill.

En effet, quand Buffalo Bill faisait une pause dans sa tournée DU grand spectacle The Wild West Show, il lâchait ses chevaux de spectacle à l'Est de Cody, dans la zone de McCullough Peaks. Pendant que ses chevaux paturaient dans la même zone que les mustangs, il y eut des croisements et plusieurs naissances virent le jour.

Après une capture de mustangs sauvages des McCullough Peaks il y a quelques années, des tests ADN ont été effectués. Le test ADN d'un des mustangs a révélé que son origine était en lien direct avec un cheval que la Reine d'Angleterre avait offert à Buffalo Bill. 

La Reine d'Angleterre avait en effet offert certains de ses meilleurs chevaux pour le remercier de sa tournée en Europe. Grâce aux avancées technologiques et aux tests génétiques, il est dorénavant possible d'affirmer que les descendants des chevaux de Buffalo Bill vivent actuellement dans les McCullough Peaks. 

L'Avenir des mccullough peaks mustangs

Nous avons donc eu le plaisir de cotoyer, pour quelques heures, de véritables témoins vivants de l'Ouest américain. 

Nous avons eu l'honneur de partager quelques moments de leur vie quotidienne, certains nous ont particulièrement marqués.

 

 

 

Comme l'emblématique Sunny Boy, l'étalon le plus puissant de la réserve.

Avec ses 3 jolies juments, il nous a montré combien il les protégeait et oh combien il en était fier.

(Photo: Sunny Boy et ses juments - Juin 2016)

 

 

Comme le vieil étalon noir Traveler, qui depuis qu'il a perdu sa famille, vit en retrait du troupeau. En effet, n'arrivant plus à lutter contre les assauts des plus jeunes mustangs, il a, avec la sagesse d'un ancien chef, laissé sa place à la jeunesse. Il s'est retiré de toute vie sociale, mais n'est jamais très loin des chevaux.

(Photo: Traveler - Juin 2016)

Mais quel FUTUR pour ces chevaux mustangs ?

Nous sommes repartis des McCullough Peaks avec de merveilleuses images pleins les yeux, mais aussi avec un brin de pessimisme. 

La gestion des ces chevaux est toujours l'éternelle coeur du débat: officiellement les autorités s'inquiètent de l'accroissement de la population des chevaux qui n'ont à ce jour quasiment plus de prédateurs pour réguler leur nombre.

Pour répondre à cette problématique, des captures de mustangs sont faites par hélicoptère pour réduire le nombre de chevaux au quota fixé. 

Officieusement, la problématique n'est pas exactement la même.

 En effet, sur les terres des McCullough Peaks, nous avons vu énormément de vaches qui partageaient le territoire des chevaux. 

Elles sont une des bases du problème; les ranchers souhaitant toujours plus de terres pour installer leur bétail, ces derniers font pression afin de réduire toujours plus le nombre de mustangs. 

Leur logique est simple: un mustang en moins, une vache en plus.

L'objectif du gouvernement est donc aujourd'hui d'avoir 1 mustangs pour 1000 hectares sur la réserve, soit à peine un groupe de 100 chevaux pour 44440 hectares! Les quotas sont fixés de manière drastiquement basse. 

De plus, un système de contraception a été mis en place sur cette réserve, afin de permettre une gestion plus "humaine" que les captures de chevaux par hélicoptère. 

 

Même si nous ne pouvons qu'encourager les démarches visant à rendre leur gestion plus "humaine", nous émettons quelques craintes concernant ce contraceptif PZP. 

Pour 170 chevaux mustangs, seulement 3 poulains sont nés cette année... Un taux de natalité très bas. Et sachant qu'en moyenne une jument traitée au PZP n'a en général que 2 poulains dans sa vie, nous craignons qu'il y ait de moins en moins de naissances, ce qui va dans le futur créer des problème de viabilité génétique pour ce groupe. 

 

Sachant que l'objectif est de descendre à 100 le nombre de mustangs, il risque d'y avoir encore moins de naissances...

Aucune solution n'est simple en terme de management de la population des mustangs, mais une chose est sûre: les mustangs ne sont pas TROP nombreux sur les terres américaines, comme tendent à dire certains médias... 

Texte et photos sont la propriété de Chevauxmustang.com 

Toute reproduction est interdite sans autorisation écrite de notre part