Origine des mustangs

 

Le mustang est aujourd’hui le cheval qui incarne un symbole puissant, indomptable et libre. Ce sont les chevaux sauvages par excellence. D’où leur vient cette réputation ? Tout semble venir de leurs origines, qui ont suivi les grands traits de l’Histoire.

En effet, les mustangs ont été des acteurs indispensables de l’histoire de la conquête de l’Ouest. Les équidés avaient disparu depuis fort longtemps sur le continent Nord Américain.  C’est Christophe Colomb qui les réintroduira lors de son voyage vers le « Nouveau Monde » en 1493. Il y amène avec lui un cheptel de chevaux espagnols. Les Conquistadores eux aussi en introduiront plusieurs sur le continent.

 

Mais c’est au XVIIe siècle que l’on peut retracer les premières origines des mustangs. Une colonie dotée d’une grande cavalerie s’installe au Nouveau Mexique ; cette colonie pratique l’élevage extensif avec leurs chevaux d’origine espagnol ; on retrouve aussi parmis ces chevaux quelques barbes et arabes. Mais cette forme d’élevage sur les grandes plaines va occasionner beaucoup de pertes ou encore de vols. Les chevaux qui s’échappaient étaient alors appelés « mostengos » mot dérivé de l’espagnol « mostrenco » qui signifie « sans propriétaire ». Cette appellation donnera par la suite le nom que nous leur donnons aujourd’hui : « Mustang ».

Par la suite, ce sont les Indiens qui s’empareront des chevaux dits « mustangs », qui en feront leurs meilleurs alliés, pour se déplacer et conquérir de nouvelles terres. C’est par la suite que les Indiens vont mettre en place un troc de chevaux, ce qui permettra aux mustangs de se propager sur tout le continent Nord Américain.

Aux environs des années 1850, les mustangs se sont beaucoup propagés et développés, on estime d’ailleurs leur population à 7 millions à cette époque là.

Aujourd’hui, on ne les estime plus qu'à 13000 mustangs libres sur tout le continent Nord Américain.

 

Les mustangs sont donc des chevaux qui ont des origines européennes, avec un apport de sang très majoritairement espagnol, avec un peu de barbe et d’arabe. Entre temps, certains mustangs se sont croisés avec des chevaux domestiques sur le sol américain. C’est dans les Pryor Mountains (Montana) que l’on retrouve les descendants les plus proches génétiquement parlant des mustangs du XVIIe siècle. On les appelle les « Spanish Mustang », car se sont la lignée de Mustang la plus proche de leurs ancêtres espagnols.

Le patrimoine génétique de ces chevaux est unique et ne peut être reporduit, dû aux nombreux apports génétiques dont ces chevaux ont pu bénéficier. Il faut donc préserver ces chevaux qui sont le symbole vivant de l'Histoire des Etats-Unis.  

 

Source: Chevaux en Liberté de Marie-Luce Hubert et Jean-Louis Klein

©Chevauxmustang