Sauver les mustangs!

Les mustangs sont en danger

La situation est extrêmement inquiétante en ce qui concerne la situation des mustangs sauvages. Le nombre de mustangs est constamment en déclin et il n’en resterait que 30000 aujourd’hui, vivant sur les terres publiques américaines.  C’est toute une partie de l’Histoire des Etats-Unis qui va disparaître avec ces chevaux si rien n’est fait.

L’heure est à la mobilisation afin de les sauver.

LA CAUSE DE LA DISPARITION DES MUSTANGS

Depuis toujours, les mustangs ont été persécutés car ils dérangeaient et représentaient une gêne pour beaucoup de fermiers dits « ranchers ».  Au début des années 1900, le massacre des mustangs commença et faillit faire disparaître à tout jamais ces chevaux sauvages. Grâce à quelques personnes militantes réussissant à mobiliser l’opinion publique sur ce massacre, notamment l'extraordinaire Velma Johnston, le Congrès Américain proclama en 1971 les mustangs « symboles vivants de l’Histoire et de l’esprit pionnier de l’Ouest », et fit paraître une loi « The wild free-roaming horses and burros Act of 1971 »visant à protéger les mustangs et ânes sauvages.

 

Cette belle prise d’initiative du Congrès Américain afin de sauver les mustangs permit de faire remonter la population des mustangs mais que pour un temps. Aujourd’hui, cette loi ne semble plus respectée.

En effet, face à une grande pression politique, les mustangs sont à nouveau menacés de disparaître. Tout d’abord face à la pression qu’exercent les ranchers, qui souhaitent voir leur bétail pâturer à la place des mustangs. La priorité semble donc être donnée au bétail, notamment lorsqu’on sait que l’instance du Bureau of Land Management (BLM) est gérée par… des ranchers. Peu de chance donc que les mustangs soient défendus.

De plus, les mustangs semblent être une réelle gêne pour le gouvernement et pour certaines entreprises souhaitant exploiter les terres sur lesquelles vivent les mustangs. Les réserves sur lesquelles vivent les chevaux représentent des ressources énergétiques importantes. On voit donc apparaître sur les terres qui accueillaient autrefois les mustangs des exploitations avec des puits d'extraction de pétrole.

 

Dans les années 1980, le territoire des mustangs se répartissait sur environ 30 millions d’hectares ; aujourd’hui, il est réparti sur dix Etats, soit environ 10,8 millions d’hectares.

LA CAPTURE DES MUSTANGS

Malgré le fait qu’il ne reste que 30000 mustangs aux Etats-Unis, le BLM continue son plan de capture afin de diminuer une population « trop importante » à leur dire. En deux ans, ce sont 20000 mustangs qui ont été retirés des terres publiques. Le BLM base leur nombre de capture sur le taux de croissance de la population estimé à 20% par an.

 

LES CONDITIONS DE CAPTURE

La capture des mustangs se déroule souvent dans des conditions très violentes, on appelle cette opération les « round ups ». Il s’agit de poursuivre une population de mustangs cibles avec un hélicoptère afin de les effrayer. Les mustangs apeurés galopent pour échapper à l’hélicoptère, qui les mène droit dans le piège afin de les capturer. Ces méthodes sont traumatisantes et très violentes pour les chevaux. Les poulains, juments gestantes, ou encore les vieux chevaux y laissent souvent leur vie, mourant dans l’enclos servant de piège ou quelques jours plus tard.

Pour les mustangs qui survivent aux round ups, ils sont ensuite identifiés par un tatouage sur l’encolure, puis redirigés vers des centres d’adoption. Là aussi, les centres d’adoption sont une réelle polémique : en effet la gestion des chevaux proposés à l’adoption, la location du terrain ainsi que les opérations de capture ont un coût monumental. 

Des dépenses astronomiques alors que les mustangs pourraient être gérés par d’autre moyen que la capture : par exemple la contraception chimique PZP administrée aux juments dans les troupeaux, qui permet de réguler et diminuer la reproduction de ces chevaux. De plus, les chevaux entretiennent beaucoup mieux l’écosystème de l’Ouest américain que le bétail, qui sabote tout l’environnement.

 

LES MUSTANGS A L'ADOPTION

De plus, les adoptions sont pour la plupart souvent des échecs. Les mustangs sont proposés à l'adoption avec un système d'enchères, le prix de départ étant 125$; mais ce ne sont pas des chevaux « clé en main », ils nécessitent beaucoup de patience et de travail pour passer de l’état sauvage à la domestication. Beaucoup de gens sont donc réticents à l’adoption de ces chevaux malgré leur prix attractif.

Au bout de 3 propositions d’adoptions sans succès, le prix du mustang descend à 25$ puis est envoyé en enclos gouvernementale de "long terme", la où la plupart finisse leurs jours.

Malgré les nombreux contrôles du BLM, certains acheteurs peu scrupuleux achètent les mustangs 25$ et les envoient ensuite dans des abattoirs aux frontières, au Mexique ou au Canada par exemple, tragique fin pour ces chevaux...

 

 

LA PROBLEMATIQUE

Le Bureau of Land Management estime, comme vu ci-dessus, que les mustangs sont trop nombreux sur les terres. Ils les capturent donc, et les parquent dans des enclos, tout en les proposant à l'adoption. Cependant, le taux d'adoption étant extrêmement bas, la très grand majorité des mustangs passent le reste de leur vie dans les enclos du gouvernement. Et l'entretien quotidien des ces chevaux, plus les captures en hélicoptère coûtent très cher au gouvernement américain, et au contribuable américain.

Il existe pourtant bien une solution plus viable : gérer les mustangs sur les terres, en leur injectant un contraceptif, pour limiter le nombre de naissances. Le coût de cette méthode est très nettement inférieur aux captures classiques par hélicoptère, et c'est avéré être une vraie réussite sur les troupeaux testés au PZP ( contraceptif). De plus, en gérant les chevaux par contraceptif, le nombre de chevaux est régulé et il n'y a plus besoin de les capturer, et donc plus besoin de les entretenir dans les enclos du gouvernement. 

Cette solution, qui est pourtant idéale, n'arrange pas les affaires de certains, qui veulent voir les chevaux disparaître complètement des terres publiques.

Malheureusement, les mustangs sont au cœur de stratégie politique qui privilégie les intérêts de chacun et l’appât du gain (avec les exploitation des ressources naturelles) plutôt que de se battre pour préserver les acteurs de l’Histoire de l’Ouest américain, patrimoine culturel incontestable de l’Amérique, mais aussi patrimoine génétique exceptionnel, qui ne pourra jamais être reproduit.

 

Mobilisons nous pour sauver le peu de mustangs sauvages qu’ils restent, car bientôt ces chevaux libres ne seront plus qu’un souvenir du temps passé. 


LES CHIFFRES CLÉS

LES MUSTANGS EN CHIFFRES

- Nombre de mustangs vivant librement sur les terres américaines: 21354 selon les associations américaines, 38500 selon le Bureau Of Land Management (organisme de gestion des chevaux mustangs)

- Quota idéal de mustangs pouvant vivre librement sur les terres américaines selon le BLM : 26600

 

VIABILITE DES TROUPEAUX DE MUSTANGS SAUVAGES

- 339: c'est le nombre de troupeaux de chevaux mustangs (Herd Management Area) fixé par la loi de 1971 ayant le droit de vivre librement sur les terres publiques. Les troupeaux ont une zone de terre publique attribuée que l'on appelle Herd Management Area, HMA. 

- 179: C'est le nombre de troupeaux de chevaux mustangs (dit Herd Management Area) qu'il reste réellement aujourd'hui

- 150 - 200: C'est le nombre minimum de chevaux adultes nécessaire dans une HMA pour être génétiquement viable sur le long terme

- 44: C'est le nombre de HMA qui respecte vraiment le nombre de chevaux minimum nécessaire à une viabilité génétique (càd minimum 150 chevaux par HMA)

 

NOMBRE D'ANIMAUX AUTORISES A VIVRE SUR LES TERRES PUBLIQUES

26600 c'est le nombre de mustangs autorisés à vivre sur les terres publiques, fixé par le BLM

Contre 1 MILLION de vaches (nombre aussi fixé par le BLM) 

 

RÉPARTITION DES TERRES PUBLIQUES :

62 millions d'hectares réservés uniquement au bétail sur les terres publiques 

contre 10 millions d'hectares pour les chevaux mustangs, hectares qu'ils doivent quand même partager avec le bétail.

 

Rubriques à consulter:

Source chiffres: thecloudfoundation.org   et americanwildhorsecampaign.org                   © Chevauxmustang